Éditeur et maison d'édition : rôle et activités

Éditeur de livres

L'éditeur a trois activités principales :  

  1. il sélectionne des textes,
  2. il en fait des livres,
  3. il les commercialise.

Sélection du texte

Sélectionner soigneusement les textes constitue l'activité initiale de l'éditeur. La tâche est plus difficile qu'il n'y paraît au premier abord. En effet, il lui faut choisir parmi un nombre impressionnant de manuscrits reçus, souvent spontanément. La sélection s'effectue généralement par tris successifs, le premier permettant d'éliminer immédiatement ceux dont les défauts sont évidents (les plus nombreux). Un comité de lecture étudie ensuite ceux qui ont passé cette première sélection. Enfin, la décision est généralement prise par le responsable de la maison d'édition après consultation du comité de lecture. Cet acte éditorial est très important, c'est lui qui donnera une première impulsion à l'image de la maison d'édition.

Concernant les premiers romans d'auteurs « inconnus », les éditeurs sont très rares aujourd'hui à leur donner leur chance du fait qu'habituellement ils ne rencontrent pas rapidement leur public. C'est pourquoi ils sont en général lancés par de petites structures avant de figurer par la suite, si le succès est là, aux catalogues de grands éditeurs. En revanche, les écrivains à succès sont eux, évidemment, particulièrement sollicités par les maisons d'édition appartenant à des groupes prestigieux.

Une fois prise la décision de publier, auteur et éditeur signent un contrat qui définit leurs droits et devoirs respectifs, et notamment le mode de rémunération de l'auteur (pourcentage, dans la plupart des cas).

Préparation et fabrication du livre

Assurer le processus de fabrication du livre est la deuxième activité de l'éditeur. Cette activité implique de très nombreuses tâches, autant techniques qu'artistiques.

Une relecture attentive du texte et une correction rigoureuse sont indispensables. Il est particulièrement important pour la bonne réputation de l'éditeur et de l'auteur de publier dans la mesure du possible un livre sans fautes et sans coquilles. Un éditeur digne de ce nom se doit de respecter son lectorat.  

La mise en page est elle aussi loin d'être négligeable : le respect de la typographie française et une présentation élégante des livres sont un atout important. 

Que dire de la couverture ? La création personnalisée d'une couverture en adéquation avec le texte est souvent primordiale. Chaque ouvrage s’insère dans la politique d’image que l’éditeur veut donner à sa maison d'édition.

L'éditeur attribue un numéro ISBN avant de confier la fabrication du livre à un imprimeur qui devra suivre scrupuleusement les directives de la maison d'édition. 

L'éditeur procède enfin à son dépôt légal auprès de la Bibliothèque nationale de France.

Commercialisation du livre

L'essentiel réside dans l'information des librairies, qu’elles soient traditionnelles ou du Web. Il est donc important pour l'éditeur de faire référencer le livre dans un maximum de bases de données pour une publication la plus large possible.
Les grands de l'édition assurent eux-mêmes, à travers des filiales spécialisées, la diffusion et la distribution. Il n'en est pas de même pour le plus grand nombre des maisons d'édition. Deux solutions s'offrent à celles-ci.

  • Elles peuvent confier leurs publications à une maison spécialisée. Si faire appel à un distributeur, c'est se libérer de toute l'intendance commerciale et être délivré des problèmes de recouvrement de créances, c'est aussi, par contre, perdre de sa liberté et prendre le risque de retrouver ses publications noyées au fond d'un immense catalogue représentant plusieurs éditeurs.
  • L'autre possibilité est qu'elles se chargent elles-mêmes de la distribution. Cette situation n'est pas des plus faciles, l'éditeur devant alors assurer un ensemble d’opérations matérielles. Il lui faut gérer les problèmes d'approvisionnement (stocks et mouvements de stocks, manutention, transports), traiter les commandes (facturations, bordereaux, mises à part), s'occuper des emballages et expéditions, et enfin gérer les comptes des clients (suivi et relevés des ventes, relances des règlements, allant parfois jusqu'aux contentieux). C'est pourtant à ce prix que l'éditeur peut efficacement faire vivre son propre catalogue et défendre ses publications.

Conclusion

L'éditeur est donc un médiateur intellectuel, culturel et artistique mais aussi un chef d'entreprise qui doit rester très attentif aux questions de gestion et de rentabilité de sa maison d'édition.